Travail la fin de semaine pour toutes les infirmières de la région : le syndicat est outré

Le syndicat qui représente les infirmières de la Mauricie et du Centre-du-Québec dénonce la nouvelle mesure mise en place par les autorités régionales de la santé. À partir de la fin du mois de février, les infirmières de tous les secteurs devront travailler au moins une fin de semaine sur trois dans les hôpitaux ou centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) du territoire.

J’ai été consternée par cette annonce-là. Je suis fâchée et même troublée. Je n’en ai pas dormi de la nuit et je peux vous dire que je ne dois pas être la seule», a déclaré la présidente intérimaire du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Patricia Mailhot.

Elle affirme qu’il s’agit d’un coup de barre» pour la rétention et le respect des infirmières de la région. On vient vraiment d’ouvrir les valves aux démissions et aux départs à la retraite anticipés. Pour la rétention, ce n’est pas la solution», souligne-t-elle. 

[L’espoir de] voir la lumière au bout du tunnel quand on a 20 ans d’ancienneté avec un poste qui a des conditions et des horaires agréables vient de tout perdre son sens hier», ajoute Mme Mailhot.

La représentante syndicale affirme avoir rencontré la haute direction lundi. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) lui aurait expliqué qu’il manquera 30 % du personnel cet été en raison des vacances.

Selon Patricia Mailhot, les problèmes de main-d’oeuvre devraient être traités au cas par cas, c’est-à-dire que les pistes de solutions devraient être examinées par centre d’activités problématique. 

Elle croit aussi qu’il existe des alternatives à l’idée de forcer toutes les infirmières à travailler la fin de semaine. Il y a beaucoup d’étudiantes qui reviennent l’été, parce qu’elles font leur baccalauréat pendant l’année, les nouvelles candidates à l’exercice de la profession infirmière (CEPI) qui vont rentrer dans la profession au mois de mai», explique-t-elle.

La présidente par intérim du syndicat ajoute que des gens qui souhaitent faire du temps supplémentaire ne sont pas toujours appelés pour en faire, ce qui la fait douter au sujet de la gestion des horaires.

Patricia Mailhot croit que le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, doit s’intéresser à ce qui se passe sur le territoire du CIUSSS MCQ. Elle est prête à le rencontrer pour lui parler de la situation sur le terrain.

D’après l’entrevue réalisée à l’émission Toujours le matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *